La bataille d'El Alamein, un tournant de la Seconde Guerre mondiale ?

Spread the love
Des soldats britanniques à l’assaut lors de la seconde bataille d’El Alamein en 1942.

Le 23 octobre 1942 débutait la seconde bataille d’El Alamein, un épisode de la guerre du désert considéré comme l’un des tournants de la Seconde Guerre mondiale. Cette bataille marque une victoire importante des Alliés mené par le général Montgomery face à l’Afrikakorps du maréchal Rommel.

“Le silence fut rompu par le premier tir de barrage de la principale offensive d’El Alamein, qui commença à 9 h 40 du soir avec les milliers de canon de Montgomery pilonnant les positions ennemies. Les éclairs des canons soigneusement synchronisés qui prenaient part à l’opération Lightfoot flamboyèrent dans la nuit. On se serait cru en plein jour. Le ciel du désert s’embrasa des lumières des explosions et des feux traçants. (…) Il s’agissait d’un monumental requiem de guerre parfaitement orchestré”. Dans ses Mémoires “Tant que dure le jour” (éditions Plon), Susan Travers, membre des Forces françaises libres, raconte le début de la seconde bataille d’El Alamein auquel elle participe le 23 octobre 1942. 

Ce n’est pas la première fois que les forces alliées sont opposées aux troupes allemandes dans ce coin de désert égyptien, à une centaine de kilomètres seulement à l’ouest d’Alexandrie. Quelques mois auparavant, en juillet, les deux camps s’étaient déjà opposés au même endroit, mais sans vainqueur ni vaincu. À la tête des forces de l’Axe, le maréchal Rommel, surnommé “le renard du désert”, ne manque toutefois pas d’ambition après plusieurs succès face aux Britanniques même si la situation de l’Afrikakorps est de plus en plus délicate. Comme le souligne Benoît Rondeau, auteur notamment de “La Guerre du désert” (éditions Caraktere), il se voit “en conquérant de l’Égypte, sur les traces d’Alexandre ou de Bonaparte”. “Le plan de Rommel prévoit de détruire la 8th Army à El Alamein, foncer et s’emparer du Caire, puis de Suez et de Port-Saïd, avant de contraindre les défenseurs d’Alexandrie à la reddition”, ajoute cet historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *